Réorganisation des transports publics

La Région de Nyon a engagé un vaste programme de réorganisation des transports publics, en partenariat avec 51 communes, les services du Canton et les transporteurs. Elle coordonne notamment la réalisation d’aménagements et expérimentations de courses supplémentaires.

Le programme de réorganisation des transports publics de la Région de Nyon a pour origine la fermeture de six gares ferroviaires en 2002 dans le cadre de la réforme Rail2000. Constatant l’impact de cette mesure sur la population, les syndics du district ont adopté en 2008 une résolution pour étudier la réorganisation des lignes de bus reliant les villages aux gares CFF régionales. Ainsi, 51 communes se sont engagées à alimenter un fonds affecté aux transports publics en 2010, à hauteur de CHF 31 par habitant et par an pendant cinq ans. Cela a permis de financer les mesures du programme mis en œuvre dès 2011.

Le programme piloté par la Région regroupe des mesures d’aménagement, d’expérimentation de courses supplémentaires et d’accompagnement. Il s’agit d’améliorer les parcours et la cadence des bus en rabattement sur les gares, ainsi que d’assurer les correspondances avec les trains CFF, de manière à constituer une offre cohérente et attractive entre rail et bus. Et aussi en vue de favoriser le report modal.

Réseau ferroviaire

La ligne ferroviaire Genève-Lausanne des CFF est l’armature principale de la région en matière de transports publics. Le programme Léman 2030 des CFF a pour objectif la cadence aux 15 minutes sur cet axe, pour tous les trains de voyageurs.

En décembre 2012, la cadence aux 30 minutes avec de nouveaux trains RégioExpress est venue renforcer l’offre dans les gares régionales de Coppet, Nyon, Gland et Rolle. La mise en service du RER Léman Express en juin 2018 renforce la desserte de Terre Sainte avec une cadence aux 15 minutes dans les gares de Coppet, Tannay et Mies.

Quant au train NStCM, il bénéficie depuis 2015 d’une cadence aux 15 minutes aux heures de pointe entre Nyon et Genolier, ainsi que de nouveau matériel roulant. L’étape suivante consiste à étendre cette cadence jusqu’à Saint-Cergue.

Communes participantes

Le programme est financé par les 46 communes du district de Nyon ainsi que les communes de Céligny (GE), Gimel, Féchy, Saint-Oyens et Bougy-Villars (district de Morges). Les communes françaises de l’Ain, de Grilly, Sauverny, Gex, Divonne-les-Bains, ainsi que la Communauté de communes du Pays de Gex sont également associées aux discussions concernant les liaisons transfrontalières.

Résultats

Depuis la réorganisation du réseau régional en décembre 2012, la fréquentation moyenne des bus a augmenté de 34% entre les horaires 2013 et 2017 (alors que la population n’a augmenté que de 7%).

Depuis décembre 2012, les usagers bénéficient d’une nouvelle offre aux 30 minutes entre Genève et Lausanne, introduite par les CFF (trains RegioExpress) dans les quatre gares principales du district. A terme, à l’achèvement du programme Léman 2030, ce sont quatre trains par heure et par direction qui circuleront sur cet axe.

Sur la ligne ferroviaire Nyon-Saint-Cergue-Morez (NStCM), en décembre 2015 a été mise en place une cadence à 15 minutes aux heures de pointe jusqu’à Genolier et à 30 minutes toute la journée jusqu’à Saint-Cergue.

Un travail important a été mené par la Région avec les établissements, les associations scolaires et les transporteurs afin que plus de 600 élèves des établissements de Rolle et environs soient transportés par les bus de ligne.

Quelque 150 mesures d’aménagement ont été identifiées pour permettre la fiabilité des horaires de bus et l’optimisation des lignes (voies réservées, priorisation, etc.) Un système de détection a été installé dès 2014 sur 66 bus TPN et CarPostal, permettant leur passage au vert dans 80% des cas à Coppet, Commugny, Chavannes-de-Bogis, Nyon, Rolle. Pour les 20% restants, le temps d’attente moyen est descendu à une dizaine de secondes. La majorité des aménagements légers ont été réalisés (arrêts, seuils, etc.) et les projets conséquents comme la facilitation du franchissement des jonctions autoroutières pour les bus seront réalisés par étapes d’ici 2025.

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La démarche

Constat

Offre de transports publics subitement devenue insuffisante.

Action

Réorganisation des réseaux de bus, adaptation des horaires et cadences.

Résultats

Amélioration tangible de l’offre de transports publics.

Les bénéfices

Région

Transfert modal, baisse des émissions de CO2.

Communes

Desserte, attractivité des communes comme lieu de vie.

Habitants

Alternative réelle à la voiture.