25 novembre 2019

Fortement attendus, les bus nocturnes circuleront dès le 15 décembre et l’offre diurne sera renforcée

Dans trois semaines, les communes du district seront desservies par 35 nouvelles courses de bus, dont 15 inaugureront l’offre de transport public nocturne et permettront aux habitants de prolonger leurs soirées du vendredi et du samedi. Dès aujourd’hui, une campagne informe la population de cette mise en service, fruit de plusieurs années de démarches menées par la Région de Nyon et les communes auprès de l’Etat de Vaud.

Dès le 15 décembre, quelque 35 nouvelles courses de bus régionales et transfrontalières desserviront les communes du district de Nyon. Cette mise en service concrétisera sur le terrain le résultat de plusieurs années de démarches menées par la Région de Nyon et les communes auprès de l’Etat de Vaud pour accéder aux financements du mécanisme Trafic régional voyageurs (TRV) de la Confédération.

Les habitants du district pourront notamment profiter d’une offre de transport public nocturne fortement attendue, avec la mise en service de bus et taxibus sur les réseaux TPN et CarPostal les nuits du vendredi au samedi et du samedi au dimanche. Ces courses se feront au départ des gares régionales de Coppet, Nyon, Gland et Rolle, ainsi que depuis Allaman dans le district de Morges.

Pour informer la population des horaires et tracés, la Région de Nyon lance dès aujourd’hui sa campagne “Bien accompagnés jusqu’au milieu de la nuit”, qui se traduit par une brochure diffusée en tout-ménage dans les villages concernés ainsi qu’un affichage dans les bus et sur les réseaux sociaux, en collaboration avec les transporteurs. Le message de campagne met en avant les transports publics comme partenaire fiable pour rejoindre le domicile en toute sécurité après une soirée. Un concours photo sera proposé dès le 13 décembre sur les réseaux sociaux de la Région de Nyon, invitant les usagers des transports publics à illustrer leurs trajets en bus et taxibus nocturnes.

La nouvelle offre de transport public nocturne voit le jour grâce à un soutien validé en juin par le Conseil intercommunal de la Région de Nyon, dont les élus ont accepté le préavis 46-2019 cofinançant une partie du service au moyen du fonds affecté aux transports publics. A cela s’ajoute la participation des communes concernées et le soutien financier de l’Etat de Vaud, qui assume l’équivalent de 50% des coûts. La planification de l’offre s’est faite en concertation avec le Conseil des jeunes du district de Nyon et l’Association de la région de Cossonay-Aubonne-Morges (ARCAM).

Aller à la page des bus nocturnes

Améliorations sur les lignes régionales et transfrontalières

Parallèlement, le 15 décembre verra aussi la mise en service de la nouvelle ligne 818 Gex-Divonne-Nyon, qui sera exploitée par le transporteur ABG et comprendra au total six allers-retours aux heures de pointe du matin et du soir. Elle a pour but de faciliter les trajets de nombreux pendulaires qui se rendent quotidiennement à Nyon depuis la France voisine. Cette nouvelle offre a été rendue possible grâce à la collaboration entre la Région de Nyon, les communes et l’Etat de Vaud dans les discussions au sein du Groupement local de coopération transfrontalière en matière de transports publics (GLCT-TP), qui traite de ces sujets dans le périmètre de l’agglomération du Grand Genève.

La ligne transfrontalière 814 qui relie le Pays de Gex à Coppet sera, quant à elle, augmentée avec une cadence qui passera à la demi-heure aux heures de pointe entre Divonne et Coppet, au lieu d’une heure actuellement. Ce seront au total six nouveaux allers-retours reliant Maconnex à Divonne et Coppet (trois le matin et trois le soir), dont l’exploitation sera également assurée par le transporteur ABG.

Sur le parcours du NStCM, un aller-retour supplémentaire du train sera proposé à midi entre La Cure et Saint-Cergue, afin de répondre au besoin des scolaires.

Le tracé de la ligne touristique 723 qui relie Gimel au Col du Marchairuz via Saint-George sera repris par la ligne 720, exploitée par CarPostal: les trois allers-retours mis en place pour une phase expérimentale les samedis et dimanches de mi-mai à mi-octobre ont fait leurs preuves et circuleront désormais toute l’année.

Entre Rolle et Gimel, les trois courses expérimentales financées par la Région de Nyon et les communes sur la ligne 840 atteignent les objectifs de fréquentation et de rentabilité et seront aussi maintenues.

La collaboration intercommunale s’avère payante

Dans ces dossiers, la Région de Nyon a travaillé étroitement avec l’Etat, ainsi qu’avec tous les partenaires du programme de transports publics et cela a été payant, puisque le financement de ces courses sera désormais assuré via le mécanisme TRV. “Cette année encore, les changements sur le réseau de transports publics permettront d’améliorer le quotidien des habitants et visiteurs en facilitant leurs déplacements. Ceci n’est possible que grâce à une bonne collaboration intercommunale qui reconnaît à la Région la légitimité de défendre ces dossiers auprès du Canton”, observe Pierre Graber, responsable politique de la Mobilité au sein du Comité de direction de la Région de Nyon.

Fonctionnement du mécanisme Trafic régional de voyageurs (TRV)

Le Trafic régional de voyageurs (TRV) est le mécanisme de financement des offres de transports publics intrarégionales, régionales et locales en Suisse. Il est commandé et indemnisé conjointement par la Confédération et les cantons. Sur le territoire vaudois, 47% du financement est assuré par la Confédération et 53% par le Canton, qui refacture 30% aux communes selon l’article 14 de la Loi vaudoise sur la mobilité et les transports publics.

D’autre part, dans le district de Nyon, la Région de Nyon gère le fonds affecté aux transports publics (fonds TP), créé lors de la réorganisation du réseau régional de transports publics en décembre 2012. Financé par les communes à hauteur de CHF 31 par habitant et par an sur 5 ans, ce fonds a permis de mettre en place une vingtaine d’offres expérimentales dont 75% ont rempli les objectifs de fréquentation et de rentabilité que le mécanisme TRV requiert après une période de minimum deux ans. Leur financement a ainsi été repris par le Canton. Les autres courses sont désormais entièrement prises en charge par les communes.

Partagez
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •